La Ville remplacera gratuitement les palmiers infestés des niçois !

La Ville remplacera gratuitement les palmiers infestés des niçois ! Le charançon rouge s’en réjouit à l’avance.

L’Enfer est pavé de bonnes intentions dit-on, c’est peut-être vrai surtout lorsque celles-ci se dévoilent à moins d’un an des municipales : en 2020 la Ville remplacera gratuitement les palmiers infestés des niçois !

Le Conseil municipal de Nice dans sa séance du 27 septembre 2019 aurait voté la résolution proposé concernant le

« Renouvellement du patrimoine arboré – Fourniture de 600 jeunes palmiers de variétés considérées comme plus résistantes au charançon rouge du palmier aux particuliers et copropriétés de la ville de Nice. »

Suivant l’article publié par nice-matin le 27 septembre 2019 :   «..pour en bénéficier, les Niçois doivent prendre rendez-vous avec le service « Espaces verts » après avoir fait une déclaration de palmier infesté.. »

Quel intérêt de remplacer 600 palmiers patrimoniaux par des espèces pseudo résistantes qui, tôt ou tard, seront attaquées à leur tour et dans quel objectif ? Ou l’on tente d’éradiquer le charançon rouge et dans ce cas seule une lutte collective organisée par la Ville avec les propriétaires privés peut permettre d’atteindre cet objectif ou bien il est inutile de dépenser de l’argent public dans un combat sans issue. 

Un dispositif inédit ?

pas vraiment d’autres l’ont déjà expérimenté à leurs dépends côté Riviera italienne. Couper les palmiers infestés plutôt que de les traiter et les remplacer par des espèces soit disant plus résistantes, c’est connu … c’est surtout connu pour être dévastateur des paysages méditerranéens il suffit de visiter Vintimille, Bordighera, etc..

Parc municipal de Vintimille, fin novembre 2015, photo DC

Bordighera

Bordighera photo DC

Vous êtes propriétaires ou co propriétaires et vous avez un magnifique palmier Phoenix canariensis patrimonial qui fait au moins 10m de haut. Sa valeur patrimoniale est sans doute inestimable il est planté depuis plusieurs dizaines d’années s’il n’est pas encore centenaire et vous n’ensisagez plus le paysage sans ce palmier. Il fait partie du décor comme on dit !

Les palmiers Phoenix canariensis patrimoniaux du parc de Valere

Les palmiers Phoenix canariensis patrimoniaux du parc de Valere, une copropriété à Fréjus, photo DC

Plutôt que d’organiser une lutte collective efficace pendant 3 à 5 ans qui permettrait d’obtenir une réduction drastique de la population de charançons et sauver durablement votre palmier la Ville vous propose maintenant de vous le remplacer par un jeune plant plus résistant s’ils sont infestés. Pour qu’un propriétaire se décide à faire remplacer un palmier patrimonial par un jeune plant, fût-il d’une espèce plus résistante, il faudrait qu’il soit dans un état où il n’est plus possible de le sauver ! Soit beaucoup trop tardivement !  La loi fait obligation de les assainir ou de les couper dans les 15 jours après constatation d’une infestation ! C’est malheureusement ce que n’a pas fait la Ville de Nice ces dernières années en bafouant impunément la loi ! Le prétexte sanitaire derrière lequel elle se retranche systématiquement est sans aucun fondement scientifique ! Elle  contribue ainsi à la prolifération du charançon en ne traitant pas correctement ses palmiers qui restent infestés pendant des mois dans les espaces publics pendant lesquels ils relâchent des centaines de charançons dans leur environnement. Elle a donc mis en danger vos palmiers, tout en vous incitant fortement à les traiter, et aujourd’hui elle vous propose de les remplacer quand ils seront infestés !

Proposer de remplacer un palmier des canaries de plusieurs dizaines d’années, infesté, par un jeune plant d’une espèce plus résistante plutôt que de le faire assainir c’est un marché de dupes ! Demandez aux riverains du parc Vigier où plus de 40 palmiers centenaires après avoir été traités avec le Beauveria bassiana, ont été décimés, dessouchés et remplacés par des espèces plus résistantes déjà adultes.

Parc Vigier en septembre 2016

Parc Vigier en septembre 2016, photo Google Earth

Parc Vigier remplacement des Phoenix canariensis patrimoniaux

Parc Vigier, remplacement des Phoenix canariensis patrimoniaux par des palmiers d’espèces soi-disant « plus résistantes’, juin 2018, photo DC

En laissant ses palmiers infestés pendant des mois, en refusant d’organiser une lutte collective efficace avec des arguments fallacieux (voir réponse de Michel Ferry à Christian Estrosi), la Ville de Nice est en grande partie responsable de la prolifération du charançon et du taux d’infestation actuel à Nice. Pense t’elle s’exonérer à si bon compte de sa responsabilité vis à vis des propriétaires de palmiers niçois ?

Qui prend en charge les frais d’abattage et d’évacuation des déchets (600 à 2000€ suivant la taille et les difficultés d’accès) ?

Qui prend en charge les frais de dessouchage et de terrassement ? Un palmier est un élément végétal structurant dans une propriété !

Ca sent le piège à plein nez ! … non, non pas un piège à charançons mais pour les propriétaires déjà désabusés !

Une espèce plus résistante ?

Nice s’y connaît en replantation de palmiers d’une espèce plus résistante. Elle en a plantés par centaines sur la Prom ces dernières années ! Essentiellement des Phoenix dactylifera (dattiers), des Washingtonia et des Syagrus. Plus résistantes ? Elles ont été moins attaquées que le Phoenix canariensis (palmier des Canaries), mais à défaut de grives le charançon sait se contenter des merles ! Il fait des ravages sur les dattiers dans les pays producteurs où le palmier des Canaries (canariensis) est moins présent.

Plantation de Phoenix dactylifera sur la Prom

Nice, des centaines de Phoenix dactylifera plantés sur la Prom, photo DC mars 2018

Les Washingtonia : un palmier bon marché, à croissance rapide et d’une esthétique discutable, sensible au vent ses grandes palmes se déchirent en lambeaux. Des attaques sur Washingtonia sont de plus en plus fréquentes, souvent précédées par celles du papillon Paysandisia archon. Dans une petite propriété on regrette souvent de l’y avoir planté  !

Les Syagrus, ils sont moins résistants au froid, des infestations ont déjà été détectées sur des palmiers à Nice, son stipe étant plus petit, les attaques du papillon ou du charançon sont souvent mortelles.

Les dactylifera : attention danger !

Plusieurs chutes de dactylifera se sont déjà produites depuis 2016 sur la Prom sans que la cause exacte ne soit connue, recherchée ou publiée.

Les actualités récentes chez nos voisins italiens de Sanremo (voir article publié par Riviera24 le 26 septembre 2019) « Il punteruolo rosso non risparmia le palme “resistenti”, parte da Sanremo la nuova sfida al coleottero killer «  (Le charançon rouge n’épargne pas les palmiers « résistants », nouveau défi du coléoptère meurtrier à Sanremo) confirment malheureusement les avertissements que nous avions lancés dans différents articles que vous retrouverez dans notre rubrique « Palmiers infestés : attention danger !« .

photo-riviera-24Photo Riviera24 du 26 septembre 2019

Tôt ou tard, si le charançon n’est pas éradiqué de la zone méditerranéenne le Phoenix dactylifera va devenir la roulette russe à Nice ! Les attaques de charançons étant difficilement détectables avant la chute du palmier il sera nécessaire d’assurer une surveillance permanente, de supprimer tous les rejets, et de traiter régulièrement avec des produits insecticides efficaces ! 

Par journée de grands vents, les niçois vont devoir apprendre à éviter de passer, ou de stationner, s’ils le peuvent, à proximité d’un dattier ! Faudra t’il attendre un accident avant que la Ville écoute les nombreux messages et conseils de Michel Ferry? Michel Ferry est un spécialiste international de la lutte contre le charançon rouge des palmiers. Lui il connaît bien le problème du dactylifera, et il n’est pas le seul ! En tant qu’expert de la FAO il est intervenu dans différents pays de l’Afrique du Nord et du Proche Orient (voir la vidéo tournée lors de l’une de ses interventions en Mauritanie).

Commentaires fermés.