CMSP rapport moral 2018 présenté par Michel Ferry

CMSP : le rapport moral 2018 a été présenté par Michel Ferry, président, lors de l’AGO qui s’est tenue à Antibes le 30 mars 2019.

« Le CMSP a continué à se battre sur tous les fronts pour défendre l’objectif qu’il s’est fixé : obtenir que la stratégie collective pour sauvegarder les palmiers patrimoine soit adoptée par un nombre toujours plus élevé de propriétaires de palmiers.

Pour cela, il a communiqué à chaque fois que l’occasion s’en est présentée sur les résultats obtenus par la Cavem et Palmiers 06 qui démontrent la faisabilité et l’efficacité de cette stratégie.

Il a réagi à plusieurs événements qui allaient à l’encontre de nos efforts pour convaincre qu’il était encore possible de sauver les palmiers, à condition d’adopter une stratégie collective de lutte :

  • Les changements de la réglementation européenne qui aboutissait à la dérèglementation du CRP comme ravageur de quarantaine et donc à la fin de la lutte obligatoire au niveau européen pour obtenir son éradication

  • L’ambigüité de la DGAL par rapport au nouvel arrêté que doit prendre la France suite au changement de réglementation européen. Le CMSP a réussi à être reconnu par la DGAL comme un interlocuteur sur lequel il fallait compter, ce qui nous donne une certaine capacité d’intervention dans le processus d’élaboration du nouvel arrêté.

  • Un premier avis de l’Anses qui tirait des conclusions erronées des résultats obtenus par la Cavem et de l’efficacité de la technique de traitement préventif associée à ma mise en œuvre de la stratégie collective visant l’éradication du CRP.

  • Un deuxième avis de l’Anses qui concluait, sans aucune justification scientifique, à l’impossibilité d’obtenir la régression du CRP et à sauvegarder l’ensemble du patrimoine palmier de la façade méditerranéenne : la réaction vigoureuse du CMSP et de ses partenaires a permis d’éviter que la DGAL suive l’Anses dans ses conclusions.

  • Une propagande clairement trompeuse sur l’efficacité et l’innocuité de deux traitements à base de Beauveria qui ont été autorisés en 2018 et qui a été exploitée par les détracteurs de notre stratégie pour prétendre qu’il existait des alternatives bio très efficaces pour lutter contre le CRP. Nous avons communiqué en fournissant des données scientifiques indiscutables démontrant la fausseté de ces informations.

Par ailleurs, le CMSP a établi des relations avec deux députés et une sénatrice qui sont devenus porteurs très actifs de notre communication.

En conclusion, il est maintenu reconnu par la plupart des acteurs concernés, y compris la DGAL, que la stratégie collective que nous défendons est la seule possible pour sauver les palmiers.

Mais, la possibilité de sa mise en ouvre effective à grande échelle et dans un délai suffisamment court avant qu’il ne soit trop tard va dépendre en grande partie des dispositions que le Ministère va inclure dans le cadre du nouvel arrêté. L’enjeu des prochaines semaines est donc considérable et doit mobiliser tous nos efforts, en relation avec nos différents partenaires, y compris avec l’association PalmierSud qui vient d’être créée. Il nous faut aussi intensifier nos efforts pour obtenir que la communication de la Fredon contre la poursuite des traitements par injection cesse au plus vite.« 

Commentaires fermés.